dimanche 15 juillet 2018

La montagne entre nous de Charles Martin


La Montagne entre Nous
Charles Martin
Presses de la Cité
384 pages

Seuls survivants d'un accident d'avion, le chirurgien Ben Payne et la journaliste Ashley Knox se trouvent à 3 500 mètres d'altitude, au cœur de l'hiver, sans aucun moyen de communication. Ashley, dont le mariage était prévu deux jours plus tard, est gravement blessée. Grâce aux soins prodigués par Ben, elle est hors de danger, au moins pour quelques jours.
Mais, pour espérer s'en sortir, ils doivent parcourir 75 kilomètres en pleine montagne. Au cours de leur randonnée chaotique, ils se découvrent, échangent des secrets qui ne semblent plus si importants, plaisantent aussi – il faut garder le moral coûte que coûte. Mais la montagne se referme sur eux toujours un peu plus et leurs chances de survie s'amenuisent...




Alors que ce roman m'avait tout d'abord interpellé pour sa couverture, qui reprenait l'affiche du film, quand j'ai su un peu plus de quoi parlait l'histoire, j'ai immédiatement voulu le lire. Je remercie d'ailleurs énormément Interforum Editis Canada qui m'ont envoyé ce roman, et qui ont fait preuve d'une grande patience en attendant ma chronique qui s'est fait un peu longue...

J'ai lu ce livre il y a déjà quelques semaines, et même si les détails de l'histoire ne sont plus aussi nets qu'ils l'étaient, mon avis est encore clair dans ma tête. J'ai bien aimé cette histoire, mais ce ne fut vraiment pas ce que j'en attendais. Je m'attendais à une histoire palpitante, qui se dévore et qui m'immerge dans le froid glacial de la montagne et de ses dangers mortels. Dans La Montagne entre Nous, je me suis plongée dans un roman qui tirait moins de l'aventure et plus du contemplatif, quelque chose qui était plutôt doux et bien écrit plutôt qu'une histoire addictive et haletante. 

Je dois avouer qu'au moment où j'écris ces mots, j'ai une grosse boule dans la gorge, et j'ai quelques larmes qui me coulent sur les joues. La semaine passée, un homme que je connais et qui avait toute mon admiration est décédé lors d'un voyage d'alpinisme, qu'il faisait sur le K2, au Pakistan, surnommée aussi la ''montagne sans pitié''. C'est - ou c'était - une des collègues de travail et meilleurs amis de mon père, et de savoir que cet homme, avec ses années d'expériences, est mort sur la montagne me fait me demander comment est-ce possible de retranscrire ces épreuves sur papier. Je me rends compte que la montagne, peu importe laquelle, est une force de la nature en elle-même, aussi belle, imprévisible et dangereuse qu'elle puisse être, et que l'être humain, aussi entraîné et sécuritaire est-il, ne peut rien contre la montagne si cette dernière le décide. 

Je trouve donc juste qu'un des éléments les plus importants du roman soit centré sur la survie, et que l'histoire, bien qu'un peu plus lente que je ne l'aurais voulu, soit semée d'embûches de tout genre et que les personnages principaux n'aient qu'un choix: s'épauler l'un l'autre, malgré leurs différences, leurs peurs et leurs faiblesses, pour survivre. 

En bref, ce roman, loin d'être aussi marquant ou prenant que je ne m'y attendais, m'a tout de même fait passer un bon moment, et je le conseillerais surtout aux personnes qui veulent vivre une expérience littéraire en pleine nature, ou s'immerger dans un contexte très différent de ce qu'on peut lire ailleurs. 

Merci beaucoup à Interforum Editis Canada! ♥

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire