mercredi 16 mars 2016

Attirance et indécision de Simone Elkeles

Attirance et indécision
Simone Elkeles
La Martinière Jeunesse
333 pages
Bagarreur et indiscipliné, Victor, un jeune latino au sang chaud, accumule les avertissements et doit sa présence au lycée à ses capacités sportives plus qu’à ses résultats scolaires. Monika, elle, est une jeune fille de bonne famille promise à une carrière brillante. Ce qui les rapproche ? Leurs sentiments et une attirance sincère. Ce qui les éloigne ? Tout le reste : les conventions, leurs familles, leurs amis, leur passé… Et Trey, le petit copain de Monika, qui est aussi le meilleur ami de Victor…



Je vais le dire tout de suite: j'ai été très déçue de ce roman. Je m'attendais à l'apprécier, voire même à beaucoup l'aimer, mais ce ne fut pas du tout le cas. Je me souviens de moi, la jeune Sandrine de quatorze ans, qui vouait presque un culte aux histoires de Simone Elkeles et qui les relisait, et aujourd'hui, ce n'est plus du tout le cas. 

Certes, avec le temps, on mature, on change de style littéraire, et certaines histoires nous plaisent moins. C'est ce qui est arrivé ici, avec Attirance et indécision, écrit par Simone Elkeles. C'est le deuxième tome compagnon d'une saga. J'ai lu le premier tome il y a peut-être 2 ans, et j'avais bien aimé, même si c'était loin d'être la lecture du siècle. J'avais passé un agréable moment, et j'avais été bien contente de ma lecture. Avec Attirance et indécision, on suit principalement deux jeunes, Victor et Monika, qui tombent amoureux, mais que tout sépare. Ce qui les sépare surtout? Le meilleur ami de Victor, qui est aussi le petit ami de Monika. 

Dans ce deuxième tome, on retrouve des personnages principaux différents que dans le premier, pour le moins ennuyants. Dans le genre cliché USA, ça le fait totalement. On a le trio parfait: deux meilleurs amis (un rebelle qui n'en a rien à faire de son futur et de ses études, et un étudiant parfait à tous points de vue) que tout différencie, mais qui s'entendent à merveille, avec la fille dont les deux sont amoureux, et qui est si géniale, si belle, si parfaite, si tout ça. 

J'ai bien aimé Monika, pour sa fidélité et son ordre moral, mais je ne suis pas vue en elle, et je ne me suis pas du tout attachée à elle. Victor, pour sa part, m'a royalement énervé. Il se la croit tellement, mais il pense qu'il ne vaut rien, il rejette tout le monde, mais c'est le premier à faire son Monsieur-Muscles pour aller sauver sa chipie de sœur des griffes du méchant lycéen. Son comportement m'a beaucoup tapé sur les nerfs, et j'avais envie de lui mettre des baffes. J'avais l'impression qu'il jouait plus avec Monika qu'il ne l'aimait, et ça n'a pas plus aidé à l'idée que je me faisais de lui. 

Ceci dit, ce roman plutôt adolescent parle aussi de certains sujets sensibles, comme le deuil ou la maladie, et c'est une partie que j'ai plutôt apprécié, même si j'ai trouvé que le récit ne creusait pas assez ces points. 

J'ai trouvé l'écriture assez fade, malheureusement. Moi qui adorais le plume fluide de Simone Elkeles dans mon jeune âge, j'ai été assez déçue de voir que je ne l'aimais plus (ou qu'elle avait changée). Peut-être que la traduction y est pour quelque chose, mais en bref, ça m'a lassé. Les personnages pensaient et parlaient presque comme des enfants (alors qu'ils ont 17 ans), et les dialogues étaient très mous. 

En bref, ce fut une lecture assez lourde, que j'avais bien hâte de terminer. Je n'y ai pas trouvé mon compte, et j'ai trouvé l'histoire en tant que telle très ordinaire, et les personnages très clichés et creux. Je ne sais pas si cette série a un troisième tome de prévu (ou de sorti), mais je ne suis pas sûre de le lire, étant donné la petite déception que m'a occasionné ce roman. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire