jeudi 31 mars 2016

Orgueil et préjugés de Jane Austen


Orgueil et préjugés
Jane Austen
476 pages
Archi-Poche

À Longbourn, dans le Hertfordshire, Mrs Bennet, femme de pasteur, est déterminée à marier ses cinq filles afin d'assurer leur avenir.
Lorsqu'un riche jeune homme loue le domaine voisin de Netherfield, elle espère vivement qu'une de ses filles saura lui plaire et met tout en oeuvre pour arriver à ses fins.
Elizabeth observe avec ironie les manigances de sa mère. Si elle apprécie le charmant Mr Bingley, elle est tout d'abord irritée par le comportement dédaigneux de son ami, le fier Mr Darcy.
Au-delà des aventures sentimentales des cinq filles Bennet, Jane Austen offre une satire des conventions de la bonne société à la fin du XVIIè siècle.



Orgueil et préjugés est le genre de roman que quelqu'un de féru de littérature comme moi se devait de lire un jour ou l'autre. Pas parce que je me l'imposais, mais parce que j'étais très curieuse de découvrir cette oeuvre dont j'entendais tant parler.

Je ne peux pas dire que j'ai été déçue de ce livre, parce que ce n'est pas une déception que je ressens, mais je me sens plutôt comme si je mourrais de faim et qu'à la place de me donner une assiette remplie de viandes, de légumes et de riz, on m'offrait (gentiment et serviablement, certes) trois petits pois verts et la moitié d'un verre d'eau. Ce n'est définitivement pas assez, et ce n'est pas ce à quoi je m'attendais.

J'entendais parler de ce classique comme d'une hymne à l'amour et comme de l'histoire époustouflante entre Darcy et Elizabeth, et pourtant, c'est à peine s'ils sont plus de quelques fois ensemble au court du récit.

Orgueil et préjugés raconte l'histoire de la famille Bennet, dans laquelle sont nées cinq jolies jeunes filles, que leur mère essaie à tout prix de marier aux hommes les plus riches et influents. Un jour, un nouveau voisin, Mr Bingley, s'installe près de chez eux, et s'éprend, pour le plus grand bonheur de Mrs Bennet, de l'aînée de la famille, la belle Jane. C'est grâce à ce nouveau voisin qu'Elizabeth, la soeur de Jane, rencontre Mr Darcy, le plus proche ami de Mr Bingley. La rencontre de ces hommes changeront la vie des Bennet, pour le meilleur et pour le pire...

Certes, l'histoire est tout de même intéressante, notamment la deuxième partie, qui a un meilleur rythme que la première, et l'écriture jolie de Jane Austen nous transporte quelques siècles en arrière, avec nos fameux protagonistes et leurs familles. J'ai adoré découvrir la vie que pouvaient mener certaines personnes aux XVIIe siècle, et me fondre dans leur quotidien (parce que pour moi, c'est principalement ce que ce roman montre: le quotidien d'une famille de la classe moyenne/élevée type des années 1790).

Le début du roman est assez lent, et j'ai eu du mal à m'accrocher, mais dès que quelques chapitres sont passés, je me suis adaptée à l'écriture et à la forme de récit. Ce n'est pas un roman que j'ai dévoré, mais c'est un roman que j'ai dégusté, plusieurs chapitres à chaque soir. J'ai mis un bon moment à le lire, pas parce que je ne le trouvais pas bon, mais plutôt parce que c'est ainsi que, pour moi, il devait se lire (je ne sais pas si je suis claire aha >,<).



J'ai adoré le personnage d'Elizabeth pour son franc-parler et son caractère très développé. Elle n'avait pas la langue dans la poche, et tout en étant gracieuse, cultivée et polie, elle pouvait faire connaître son avis (qu'il soit mitigé ou pas) sans broncher. Elle semblait avoir une forte personnalité, et c'est, selon moi, un personnage féminin très libre et aguerri.

J'ai beaucoup aimé Darcy, un peu pour les mêmes raisons que j'ai aimé Elizabeth: un caractère et une personnalité bien campés, et pour le côté mystérieux qui plane autour de lui durant tout le récit. C'est un personnage très intelligent et prévenant, qui parait pourtant froid et acerbe. Par contre, j'ai trouvé qu'il manquait franchement à l'histoire, étant donné qu'il y fait apparition un maximum de dix fois.

Un des points principaux de l'histoire est la relation qu'entretiennent Mr Bingley et Jane. Mr Bingley est un personnage très important, tout comme Jane, car c'est grâce à lui qu'Elizabeth fait la connaissance de Darcy. Jane est aussi très importante, car elle est la principale confidente d'Elizabeth et la plus proche de ses soeurs.

Les autres soeurs Bennet sont peu mises à l'avant, sauf Lydia, qui a, un moment de l'histoire, prend beaucoup (trop) de place. Je l'ai trouvé agaçante et peu utile, mais son "moment de gloire" s'est tout de même vite lu.

En bref, c'est un roman que je suis contente d'avoir lu, ne serait-ce que pour connaître dorénavant cette histoire que beaucoup vante, mais ce n'est pas un livre que j'ai beaucoup aimé. Il m'a plu, et j'ai aimé le lire, mais je m'attendais à d'autre chose de ce roman.

Pour clore cet article, je dis un gros merci à Victoria du blog Petit-écureuil-livresque, pour avoir effectuée cette lecture commune avec moi. J'ai adoré qu'on se tienne au courant de notre avancée dans le livre et de nos ressentis au fil de notre lecture. Comme tu dis, on se refait ça, c'est certain!





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire