mercredi 24 février 2016

Virgin de Radhika Sanghani


Virgin
Radhika Sanghani
JcLattès
279 pages

À vingt et un ans, Ellie Kolstakis est toujours vierge. Elle se donne quatre mois, jusqu’à la fin de ses études, pour remédier à la situation. Avec l’aide de ses deux  meilleures amies, Ellie ne lésine sur rien pour accomplir sa mission : apprivoiser son corps innocent et échapper à une mère grecque attachée à la tradition, jusqu’à enfin trouver le parfait candidat…



J'avais repéré ce roman avant sa sortie au Québec, et il me faisait très envie. Les autres romans que j'avais lus de cette collection, la collection &moi, avaient été de bonnes lectures, et je me disais que ça pouvait être bien de lire celui-ci. La couverture me plaisait bien, même si elle n'avait rien de vraiment originale, et le résumé me faisait envie. Je m'attendais à passer un agréable moment dans une lecture chick-lit/romance/new-adult. 

Alors là, je me suis totalement trompée. J'avais entendu quelques avis sur ce livre, la moitié étant négatifs, mais je ne m'étais pas laissée influencée par ces derniers. 

La trame principale de l'histoire est très loin d'être originale, mais elle n'est pas non plus excessivement banale. Ellie est toujours vierge à 21 ans, ce qu'elle considère comme étant une catastrophe, et elle se promet de tout faire pour résoudre ce problème avant la fin de ses études. Elle va de soirées en soirées, espérant trouver un mec potentiel qui pourrait la dévierger, aidée par ses amies. 

En somme, ce roman raconte surtout les péripéties peu palpitantes d'une jeune femme qui rêve de ne plus être vierge. Pour quelle raison? Parce qu'elle ne veut plus être différente. Bien sûr, le roman ne tourne pas qu'autour de sa quête de l'homme parfait pour la déflorer, mais aussi autour de ses relations parfois houleuses et parfois paisibles avec ses copines et avec sa mère. On a aussi droit à de brèves anecdotes, parfois peu crédibles ou à la limite du fiasco, du passé d'Ellie, qui permettent, soit disant, au lecteur de mieux s'attacher à elle et de mieux la comprendre. 

Alors non seulement je ne l'ai pas comprise, mais en plus, j'ai trouvé ses réactions et ses raisons très inconcevables. Quel mal y a-t-il à être vierge à 21 ans? En quoi est-ce ''insupportable''? Au lieu de partir à la quête d'un homme bien, qu'elle aime bien et avec qui elle se sent bien (houlà, ça fait beaucoup de bien, ça!), elle part à la recherche d'un homme banal dont elle ne veut qu'une nuit. Sérieusement? Pas pour moi. Certes, je suis peut-être fleur bleue et tout, mais j'ai trouvé ce comportement inconcevable et irrespectueux envers elle-même. Après, j'imagine que c'est différent pour chaque lecteur, et c'est tout à fait normal. 

Il faut savoir que je n'ai pas terminé ce roman. Rendue à peu près à la page 120, j'ai abandonné, non seulement car l'histoire tournait en rond, que la narration ne m'enchantait pas et que le récit en tant que tel ne me plaisit pas, mais aussi parce que j'ai beaucoup d'autres lectures en attente dans ma pile à lire, et que je n'ai pas envie de m'obliger à finir un livre, si c'est pour savoir déjà d'avance que je ne passerai pas un bon moment. 

Certes, Virgin est écrit d'une manière assez drôle et parle de beaucoup de choses autre que la virginité (les premières fois dans tout, les fellations, l'épilation féminine, etc.) qui peuvent renseigner les autres femmes, ou filles, mais pour moi, ce fut une lecture creuse dans laquelle je ne me suis attachée  aucun personnage et où le récit manquait excessivement de jugeote, parfois. 

Dans le même genre de récit, j'y ai reconnu un peu Le Journal de Carrie, que j'ai par contre énormément préféré, mais qui n'a pas non plus la même trame principale. 

Ce n'est pas un mauvais livre pour autant, et je reconnais qu'il a certains bons côtés, notamment l'écriture plaisante de l'auteure et ses mises en situation parfois cocasses, mais ce n'est certainement pas un roman pour moi. Il n'a pas correspondu à mes attentes, et j'en suis énormément déçue. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire