jeudi 23 juillet 2015

Take a chance d'Abbi Glines

Take a chance
Abbi Glines
Éditions JCLattès
293 pages

Lorsque son père, célèbre rock star, part en tournée, Harlow doit aller vivre chez sa diabolique demi-soeur Nan à Rosemary Beach. Elle y retrouve le beau Grant, qui jusque-là ne réussit guère à résister aux dangereux attraits de Nan. Mais Harlow va tout bouleverser. Aucune fille ne lui a jamais fait un tel effet. Alors qu'elle ne veut rien entendre d'un type qui fréquente sa demi-soeur, Grant est déterminé à tenter le tout pour le tout pour conquérir Harlow.




J'ai terminé ce livre il y a moins de quelques minutes et déjà, je m'attelle à sa chronique, même si je ne sais pas trop quoi en dire. J'ai la nette impression que cet article sera en demi-teinte, entre l'appréciation et le ressentiment. Je n'ai clairement pas adhéré à ce livre comme je l'espérais, mais je ne l'ai pas détesté non plus, même si à certains moments, j'aurais voulu l'abandonner.

Harlow est la fille d'un chanteur de rock connu et la demi-soeur d'une peste sans limites. Sa vie n'a pas toujours été des plus douces, entre son père absent, sa mère décédée et sa grande soeur prête à tout pour lui nuire. Nous suivons donc la vie de cette jeune femme de 20 ans, qui débarque dans une ville côtière habiter dans la maison de son père avec sa demi-soeur. 

J'ai bien aimé Harlow, surtout au début de l'histoire. Nous apprenons à la connaître et à la comprendre, mais son caractère de petite fille naïve m'a royalement énervé, ainsi que tous ses tourments intérieurs et ses crises de jalousie fortuites. À certains moments, j'ai eu de la peine pour elle, mais je n'ai jamais ressenti vraiment ce qu'elle pouvait ressentir car je ne me suis pas reconnue en elle, pas du tout. 

Il en va de même pour Grant. Je ne l'ai pas aimé, même si parfois, sa personnalité de garçon tombeur me faisait sourire. Il était trop sûr de lui, trop égoïste, beaucoup trop possessif, trop Grant quoi. Il avait un langage vulgaire qui me faisait soupirer, et je ne sais honnêtement pas comment Harlow faisait pour le laisser dire des vulgarités comme ça, parfois. À certains moments, j'aurais eu envie de lui écraser le visage sur une surface dure et plane tellement il m'énervait (non, je ne suis pas du tout violente, habituellement). 

En fait, pour être franche, tous les personnages manquaient de vie. Ils étaient tous futiles et je ne me suis attachée à aucun (ce qui est très rare dans mon cas). Ça m'a énormément déçue. 

J'avais déjà lu deux romans de cette auteure, Un garçon de trop et Une fille en cache une autre, et (outre les titres qui ne valent pas grand-chose à mon avis), j'avais bien aimé le premier tome et beaucoup plus le deuxième. Je n'en attendais donc pas énormément de ce roman-ci, mais reste que j'en suis restée quand même beaucoup perplexe. 

Et la fin, ah, cette fin. Les fins ainsi, je ne les supporte pas. Ça me fait rouler les yeux. Je ne vous spoilerai pas, mais j'aurais aimé une fin plus originale, une fin autre que celle-là, car, franchement, des fins comme celle-ci, je ne suis pas capable. 

Je sais que jusqu'à maintenant, mon avis a été très négatif, et c'est pourquoi je viens l'éclaircir avec un peu de positif. J'apprécie l'écriture de Abbi Glines, même si elle n'a rien de remarquable, c'est une écriture fluide, qui ressemble à bien des écritures d'auteurs de YA. L'histoire tenait le rythme, il n'y a eu aucune longueur et le récit était plutôt pas mal. L'histoire d'amour entre Grant et Harlow m'a laissé quelques fois perplexe, mais sinon, je trouve qu'elle était belle et bien mise en place, même si elle ressemble à bien des histoires de New Adult ou de Young Adult, qu'elle est prévisible et qu'elle n'est pas vraiment originale. 

En bref, ce fut une lecture un peu agréable, mais surtout énervante. Malgré tout, je suis contente d'avoir lu un autre roman d'Abbi Glines, mais je ne crois pas lire la suite de sitôt. Peut-être me lancerai-je dans un «tome-compagnon» relatant la relation de Woods et Della, qui est sorti à la même maison d'édition avant de poursuivre avec Grant et Harlow. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire