lundi 30 mai 2016

Ma raison de vivre de Rebecca Donovan


Ma raison de vivre
Rebecca Donovan
Pocket Jeunesse
536 pages
Lycéenne parfaite, athlète accomplie aux notes maximales, Emma n’a pourtant qu’une amie, Sara, et ne sort jamais. Personne ne la connaît vraiment. C’est ce mystère qui attire immédiatement Evan, tout juste arrivé de San Francisco. En quelques jours, il va bouleverser le quotidien bien huilé de la jeune fille, et devenir sa raison de vivre. Mais il ignore qu’en tentant coûte que coûte d’entrer dans sa vie, il la menace directement. En effet, Emma vit chez son oncle et sa tante qui la maltraitent quotidiennement, parfois jusqu’au sang. Et si elle fait profil bas, c’est avant tout pour que personne ne remarque ses nombreux bleus…



Quand je me suis embarquée dans ce roman, j'en savais peu, mais juste assez pour savoir à quoi je pouvais m'attendre. J'avais lu des avis très positifs et des avis très négatifs, donc même si j’espérais vraiment aimer, j'essayais de ne pas trop me faire d'attentes. 

Dans ce roman, on suit Emma, une jeune adolescente qui est douée à l'école, en arts et dans les sports. Elle est très brillante et elle a une amie en or qui l'accompagne presque partout. Mais, à la maison, c'est tout le contraire: elle se fait rabaisser chaque jour, se fait frapper et menacer par sa tante, chez qui elle a été envoyé vivre quatre ans plus tôt. 

J'ai été très bien mise dans le contexte. La violence que vit Emma est présente dès les premières pages, et ça permet au lecteur de bien s'enfoncer dans l'histoire. J'étais très contente de pouvoir lire quelque chose qui porte sur la violence familiale, et encore plus donnée par une femme, car je n'en avais jamais lu de pareil dans la littérature. Je pouvais me fier à l'histoire d'Aurore, l'enfant martyre, mais je n'avais pas lu l'histoire, donc c'était tout nouveau pour moi. 

J'ai aimé que l'auteure exploite, comme j'ai dit  plus haut, le fait que ce soit une femme qui maltraite. C'est très commun de voir des hommes porter le rôle des méchants, et je dois avouer que moi-même quand je pense à la violence, au viol, à la maltraitance ou à n'importe quel mauvais traitement, je pense souvent plus à un homme, et pourtant, c'est tellement un préjugé. Ici, on voit clairement que c'est la tante la méchante, celle qui se fait plaisir en administrant des coups et des paroles blessantes à sa nièce. 

L'auteure a su me faire détester à un point assez particulier cette femme, dénuée de morale et de logique, qui s'en prend à une jeune fille. Je l'ai détesté du début à la fin, et à chaque passage où elle apparaissait, mes poings se serraient tout seuls de colère et d'incompréhension, et je n'avais qu'une envie: la voir souffrir, la voir regretter. Bizarrement, j'ai adoré détesté un personnage à ce point

Emma est une fille très intelligente, très douce, qui pense toujours aux autres avant elle-même. Je l'ai beaucoup aimé, même si certains de ses choix ou de ses décisions m'ont consternés. Parfois, elle agissait d'une manière presque incompréhensible, mais vue sa situation, il m'était vraiment impossible de ne pas la comprendre à 100%. Je la considérais très forte, surtout mentalement, et j'ai beaucoup aimé la suivre, malgré les horreurs qu'elle a vécu. 

J'ai aussi beaucoup aimé deux des personnages secondaires: Evan et Sara. La pétillante et joyeuse Sara m'a tout de suite conquise. C'est le genre de meilleure amie dévouée et attentive que tout le monde mérite. Evan, quant à lui, m'a beaucoup plu pour son côté attendrissant, et j'ai beaucoup aimé la manière un peu loufoque dont lui et Emma se sont rencontrés, et la façon dont, peu à peu, ils sont devenus amis et confidents. 

J'ai adoré ce roman, qui se lit très rapidement, et qui fait surgir tellement d'émotions en même temps. Malgré quelques clichés américains et quelques stéréotypes, cette histoire m'a énormément plu, et je ne veux que lire le deuxième tome, surtout après la fin de FOU qui termine ce premier tome.

En bref, ce fut une très bonne lecture, avec des personnages attachants et un sujet très poignant, qui m'a énormément plu et ému! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire