vendredi 30 septembre 2016

The air he breathes de Brittainy C. Cherry


The air he breathes
Brittainy C. Cherry
Hugo Roman
422 pages

Tout le monde m'avait avertie au sujet de Tristan Cole.
- Garde tes distances avec lui, me disait-on.
- Il est cruel.
- Il est froid.
- Il est bousillé.
C'est facile de juger un homme sur son passé. De regarder Tristan et de voir en lui un monstre.
Mais je n'ai pas pu agir de la sorte. J'ai reconnu la désolation qu'il portait parce qu'elle était comparable à celle qui m'habitait, et je l'ai acceptée.
Lui et moi, nous étions des coquilles vides.
Nous étions tous les deux à la recherche d'autre chose. De quelque chose de plus. Nous voulions tous deux recoller les morceaux éparpillés de nos passés respectifs. 
C'était peut être la condition pour que nous puissions finalement réapprendre à respirer.



Que dire de ce roman? Qu'il est touchant, poignant, vrai et attendrissant? Oui, c'est complètement le cas. Mais j'ai l'impression que ces qualificatifs n'ont pas tout fait pour moi, parce que malgré une bonne lecture, ce roman n'a pas été à la hauteur de ce que j'espérais. 

Bien entendu, j'ai entrecoupé ma lecture de The air he breathes avec un autre roman, et j'ai sans doute perdu un peu le fil de l'histoire et les émotions décadentes qui vont avec. Je regrette maintenant de ne pas avoir donné la priorité à The air, car je l'aurais sans doute adoré follement! J'avais aussi beaucoup d'attentes, avec tout le bruit que ce roman a fait sur les réseaux sociaux et sur la blogosphère. Je ne peux pas dire que je suis tombée de haut, mais je suis tombée, un petit peu. 

J'ai beaucoup aimé les personnages, qui sont attachants, et drôles (que dire de Faye, la meilleure amie d'Elizabeth, qui est sans contredit une amie loquace dotée d'une personnalité foudroyante). C'est les genres de personnages que j'adore rencontrer dans un roman, parce qu'avec eux, on s'ennuie rarement. Leur histoire et leur passé m'a brisé le coeur, et j'ai eu de la peine à m'imaginer la souffrance qu'ils devraient vivre, surtout Tristan. Dès le prologue, j'ai senti mon coeur manquer un battement, de tristesse et d'effarement. Je les ai trouvés forts, et intéressants. Et comment dire que j'ai trouvé Emma juste trop chou haha! C'est une petite fille plein d'entrain et de joie de vivre qui m'a beaucoup fait rire (et je nous ai découvert une passion commune: notre amour pour Hôtel Transylvanie!)

On suit leur évolution tout le long du roman, et c'est vraiment un rythme que j'ai aimé. Ils se reconstruisent peu à peu, et difficilement, entre eux, et c'est un long parcours semé d'embûches, certes, mais de moment de bonheur aussi, de découvertes et de tendresse


Par contre, j'ai trouvé le schéma de l'histoire beaucoup trop coutumier. L'histoire en tant que telle était loin de ressembler à quelque chose que j'ai l'habitude de lire, mais le schéma était trop prévisible, et ça m'a énormément lassée. J'aurais aimé que dans une histoire avec un fond original comme celle-ci, ce soit moins cliché, et plus inattendu. Et pour l'effet-miroir entre Tristan et Elizabeth, je n'ai vraiment pas aimé ça. Je m'y attendais tellement, et ça m'a, en quelque sorte, agacée que l'auteure prenne cette décision. 

Malgré tout, j'ai bien aimé ma lecture, du moins la première moitié. C'est un roman qui se lit très vite, mais qui ne m'a complètement ravie, au contraire de la plupart des gens l'ayant lu. Je suis convaincue que ce n'était peut-être pas le moment pour moi de découvrir ce roman, et je suis convaincue que je le relirai plus tard, dans quelques mois, et que j'en aurai un avis différent, parce que habituellement, ce genre de livre me réjoui énormément, et que je suis un très bon public pour toutes sortes de romances sentimentales de ce genre (à la Colleen Hover et Jennifer L. Armentrout). 

Je vous le conseille tout de même vivement, parce que je suis persuadée qu'il peut énormément vous plaire, et que vous ne serez pas déçus! 

Un grand merci à Interforum Editis Canada pour l'envoi de ce roman! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire