mercredi 17 août 2016

Gardiens des Cités Perdues, tome 1 de Shannon Messenger


Gardiens des Cités Perdues, tome 1
Shannon Messenger
Lumen
513 pages

Depuis des années, Sophie sait qu'elle n'est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l'école, où elle n'a pas besoin d'écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d'une mémoire photographique... Mais ce n'est pas tout : ce qu'elle n'a jamais révélé à personne, c'est qu'elle entend penser les autres comme s'ils lui parlaient à haute voix. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d'histoire naturelle quand un étrange garçon l'aborde. Dès cet instant, la vie qu'elle connaissait est terminée : elle n'est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu'elle a quitté douze ans plus tôt. L'y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l'a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n'a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ? 




Quand j'ai commencé ce roman, je n'avais pas lu depuis au moins deux jours (et c'est assez rare que je passe une journée sans lire, donc), suite au coup de coeur que j'avais eu pour Eleanor & Park. J'avais tellement aimé ce dernier que j'ai été incapable de me plonger dans un autre univers l'espace de plusieurs jours, et je crois bien que ça a miné le début de ma lecture des Gardiens des Cités Perdues. J'ai commencé ce roman sans vraiment d'attentes, juste en voulant découvrir cet univers dont j'entendais parler de plus en plus.

J'ai lu les quelques soixante première pages sans grand intérêt, et je n'embarquais aucunement dans l'histoire. Je lisais une ou deux pages par jour, mais la passion n'y était pas. Je crois que j'ai traîné ce roman pendant au moins 7 jours, si ce n'est pas plus, mais finalement, finalement, c'est le dernier jour que j'ai avalé trois cent pages en quelques heures. Je voulais le terminer, et pouvoir passer à autre chose, et puis finalement, il s'est avéré que j'ai adoré ce roman! 

C'est à partir d'environ la page 200 que j'ai commencé à vraiment entrer dans l'univers, et que je n'ai plus décroché. Je crois que la seule raison pour laquelle je n'avais pas accroché avant, eh bien, c'était ces chers Eleanor et Park, parce qu'autrement, je suis certaine que j'aurais adoré dès le début. 

C'est un univers très singulier, qui m'a bien entendu rappeler Harry Potter, sans que les ressemblances ne soient trop frappantes ou évidentes. Ce monde qu'a créé l'auteure est juste merveilleux, peuplé de nouveauté, de découvertes et de lumière. La mythologie qui entoure ce roman est bien poussée, et j'ai adoré m'y plonger!  

Par contre, malgré tout, quelques points négatifs sont venus un tout petit peu diminué mon enthousiasme pour ma lecture. Tout d'abord, je n'arrivais pas à m'imaginais ce que je lisais. En passant par les lieux, les objets, ou les animaux, je peinais sérieusement à me faire une idée précise de ce que je lisais. Habituellement, j'arrive très bien à me faire mes propres images, fondées sur les descriptions de l'auteur, mais ici, j'ai jonglé tout le récit avec le fait de ne pas savoir m'imaginer telle ou telle chose, et ça m'a vraiment déçue. Je ne crois pas que ce soit dû à l'écriture de l'auteure, mais peut-être à un manque de descriptions quant à ce qu'elle faisait entrer dans son récit. Après tout, c'est un univers tout nouveau que le lecteur découvre, avec des objets qui n'existent pas dans notre quotidien, et des bêtes imaginées. 

Ensuite, je me suis souvent mélangée entre les professeurs, surtout les femmes. J'ai trouvé qu'il y avait quand même bien des personnages, et ce n'était pas plus mal pour l'histoire, mais il m'arrivait souvent de me mélanger entre tel ou tel professeur. Ce n'est pas tant un défaut, en fait, parce que ce n'est que moi qui ait eu de la difficulté à retenir les noms, mais ça m'a quand même un peu lassée durant ma lecture. Le troisième point négatif qui me vient à l'esprit est le fait que Sophie avait beaucoup tendance à sauter aux conclusions beaucoup trop vite, mais je comprends que c'était pour nourrir l'histoire. 

Malgré toute l'attention que reçoit Sophie et malgré le fait que TOUT (je dis bien tout) tourne autour de cette jeune fille (chose qui a souvent tendance à m'agacer dans mes lectures), j'ai beaucoup apprécié cette elfe aux pouvoirs décuplés. Je me suis prise d'attachement pour elle, et pour sa maturité. Malgré son jeune âge, je l'ai trouvé très disciplinée, bien que beaucoup trop curieuse et avide de tout savoir. C'est une jeune fille lancée dans un monde qui lui est inconnu, et qui, forte et sensible à la fois, affronte ce qu'elle vit et ne s’apitoie pas sur son sort. 

L'histoire est très bien écrite, et l'intrigue est bien plus intéressante et profonde que ce à quoi je m'attendais. La mythologie, comme je l'ai dit plus haut, est merveilleuse, et c'est un grand point fort à l'histoire selon moi. J'ai adoré ce premier tome et il est sûr que je lirai bientôt la suite! Si vous aimez ce qui est fantastique, fantasy, qui touche aux mythes et légendes, je vous le recommande vraiment! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire