mardi 7 octobre 2014

L'aventurière des causes perdues de Marie Potvin

L'aventurière des causes perdues

Marie Potvin

Éditions Goélette

352 pages

Résumée:

Évangéline Labelle-Fontaine est folle. Oui, follement amoureuse de son beau Gabriel, si charmeur et indomptable. Il est l’homme de sa vie, son étoile au firmament. Et même si les autres le détestent dès qu’il entreprend ses projets audacieux, elle croit en leur amour inconditionnel. La chanson ne le racontet- elle pas? Évangéline et Gabriel, c’est jusqu’au dernier souffle ! 

Voilà pourquoi elle est prête à tout pour le reconquérir après leur rupture, même à monter clandestinement dans la roulotte de l’imposant Simon Duval pour le suivre à plus de mille cent quinze kilomètres jusqu’à Havre-Saint-Pierre. Mais en plein coeur de cette région isolée, les révélations se multiplient et mettent en péril les rêves d’Évangéline. Qui est vraiment Gabriel ? Et pourquoi le sombre Simon veille-t-il sur elle au lieu de la laisser sur le bord de la route comme elle l’aurait mérité ?

Mon avis:


Dans ce roman, on suit Évangéline, la belle et douce Évangéline, qui vient de se faire laisser par son Gabriel et décide de partir le revoir à Havre-Saint-Pierre, pour arranger cette rupture, qu'elle croit injuste et «incertaine», si l'on peut dire. 

Premièrement, j'ai été surprise, très très surprise. J'avais lu le résumé au dos du livre, mais je n'avais pas zyeuté l'avis qu'on attribuait à cette lecture sur la blogosphère, je n'ai donc eu aucun vent que ce livre, ce n'était pas juste un récit de passion et de triangle amoureux. C'est ce que je croyais, en fait. J'avais besoin d'avoir une lecture légère, qui ne demande pas trop de concentration, quelque chose de simplet, quelque chose où on peut tout prévoir à l'avance. Donc, croyez-moi, plus les pages se tournaient, plus j'étais surprise. Très bien, cette surprise. 

J'ai beaucoup aimé Évangéline, je me suis identifiée à elle vu sa fragilité (mais détrompez-vous, ce n'est pas une pâte molle, elle est tenace et sait ce qu'elle veut, mais elle est quand même très fragile et a tendance à être bouleversée facilement), j'ai beaucoup aimé son caractère qui m'a fait pensé au mien, mais parfois, j'ai détesté (mais j'étais complètement exaspérée, je vous dis pas!) par son comportement de nunuche face aux tromperies et aux cachotteries. J'avais envie de la frapper et de lui hurler les vérités pures et dures au visage, mais le fait qu'elle soit si insécure m'attendrissait aussi. Bref, Évangéline fut un mélange de bien et de moins bien, mais surtout elle fut une femme dotée d'une personnalité magnifique

Pour ce qui est de Gabriel, j'ai été assez mitigée, mais je crois que je l'ai plus détesté que adoré, ce qui est assez compréhensible quand on lit ce livre et qu'on découvre le vrai Gabriel. Par contre, à la fin du roman, j'ai été prise d'une empathie étonnante pour ce personnage si impersonnel, distant et misérable. 

Simon et Géraldine m'ont beaucoup plu, mais sans plus. J'ai bien trouvé Simon craquant à quelques instants, mais c'était banal, et non phénoménal. La mise en scène mise autour de ces deux personnages a été extraordinaire, et j'ai été surprise (mais surprise de chez surprise) quand j'ai commencé à comprendre avec ma lecture que ce livre, c'était loin d'être un style chick-lit ou girly. 

L'écriture de l'auteure est très bien, ses idées aussi sont bien développées, son style vient nous chercher et l'intrigue et la cadence dans laquelle elle l'a fait vivre ont été très enveloppantes du début à la fin.

Bref, j'ai beaucoup aimé ma lecture, et je la conseille surtout aux jeunes adultes, j'espère qu'elle pourra vous plaire aussi. Ce n'était pas un coup de coeur, mais ce fut un moment très agréable passé avec ce livre. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire